Accueil Jeux Vidéos Zone non-censurée de PC Jeux
 

Call of Duty 2

samedi 22 avril 2006.


Éditeur : Activision

PC Jeux 93, 89%

11 mars 1943.
15 km à l’est de Toujane.
Temps ensoleillé, 27° légère brise.
A 6 heures, des hommes du 44e Régiment de Reconnaissance ont été envoyés pour observer l’ennemi à Toujane. Ils n’ont signalé aucun blindé ni canon tracté, et nous avançons avec des chars Crusader pour reprendre la ville. Le commandant de la brigade dit que ça nous donnera un avantage décisif sur l’ennemi, mais vu le peu d’espace pour manœuvrer dans cette ville, ça pourrait aussi bien tourner au vinaigre.
Sergent Joris Iverson
7e division blindée.

30 mars 1943, 7h20.
Tunisie.
Ensoleillé, vent léger, 20°C.
La course vers Tunis a commencé. Le capitaine Price dit que les Américains arrivent de l’Ouest et que la guerre en Afrique du Nord prendra fin en Tunisie d’une façon ou d’une autre. L’Afrikakorps est prise entre deux feux et n’a plus aucun endroit pour se replier, il va sans dire que les hommes résistent farouchement dans les ultimes jours de cette campagne.
Sergent Joris Iverson
7e division blindée.

Joris83, 95%

PC Jeux répond : Techniquement très réussi, Call of Duty 2 est toujours aussi plaisant avec son scénario dirigiste certes, mais très pointu. Dommage qu’il s’agisse encore d’un jeu sur la Seconde Guerre.

Call of Duty 2

Éditeur : Activision

PC Jeux 93, 89%

Il est apparu devant le beau sapin le jour de Noël. Après l’avoir installé, je suis passé du stade joyeux Noël au chaud devant mon écran à un combat sans pitié dans la neige, où traînent les cadavres de mes camarades soviétiques. C’est si réaliste au niveau le plus difficile qu’on a peur de sortir de sa cachette.

Les décors sont très bien faits, comme les soldats alliés qui vous suivent durant toutes vos missions. Ils sont généralement nombreux, mais ils passent leur temps à se mettre devant vous et leurs tirs ne servent qu’à faire des trous dans les murs.

Le menu des choix des missions permet de débloquer de nouvelles campagnes, ce qui permet de varier le style des missions. Il y a beaucoup de missions, certes, mais elles sont trop courtes. Ce qui donne à la fin un jeu un peu répétitif et aussi trop court. Mais le mode multijoueur est une merveille, des combats acharnés en ville, dans les tranchées, en campagne et j’en passe. Après avoir éteint votre ordinateur, vous sortirez en regardant vos mains et vous direz : "Je ne saigne pas ! Je n’ai même pas été touché !"

Fabien, 88%

PC Jeux répond : Nous l’avons aussi beaucoup apprécié. Missions variées, bonne progression de l’intrigue... Ajoutez à cela une durée de vie surprenante et de beaux graphismes : que demande le peuple !

Call of Duty 2

Éditeur : Activision

PC Jeux 93, 89%

Voici deux jours que nous essayons de prendre la gare, elle a été prise et reprise six fois depuis hier. C’est à mon tour cette fois d’y aller avec la section, et quand nous arrivons enfin aux portes de la gare, nous avons déjà perdu trois hommes. Nous entrons enfin dans la gare et nous délogeons les Allemands. A peine le temps de s’en remettre que les balles sifflent à nouveau. Juste le temps de prendre mon fusil et d’en tuer deux qu’ils sont déjà à l’intérieur. Nous nous battons avec acharnement, mais nous ne sommes déjà plus que trois, retranchés dans la dernière pièce, lorsque les renforts arrivent enfin. Les derniers survivants allemands sont tués d’une balle dans le dos pour ceux qui essaient de s’enfuir, et le commandant nous annonce que demain, c’est l’hôtel de ville que nous allons prendre...

Call of Duty 2 est sublime, autant du point de vue graphique que sonore. L’immersion est totale et quand les balles sifflent, que les soldats hurlent et que les éclats d’obus titillent vos enceintes, on ne pense qu’à une chose : se mettre à l’abri le plus vite possible sans se soucier des autres soldats ou des ordres.

Batnul, 99%

PC Jeux répond : Le succès de ce second opus de Call of Duty 2 ne se dément pas. Le nombre de tests que nous recevons en est la preuve. D’ici à ce que Fabien et Batnul se trucident sur les mêmes serveurs, il n’y a qu’un pas !



Forum de l'article